Inside my coffee | Gagner quelques instants d'éternité.
Manon A se livre, et révèle l'un de ses lieux d'inspirations, aux doux rayons de soleil. Vraie et authentique, voilà ce qui caractérise cet article.
rayons
20332
post-template-default,single,single-post,postid-20332,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive

Gagner quelques instants d’éternité.

La vie,
n’attend personne.

Ma feuille de papier, le clavier de mon ordinateur, ou encore ma camera, sont les seuls endroits ou je me sens libre à 100% de dire ce que je veux. Je peux choisir de tout révéler, d’utiliser des métaphores et des figures de styles ou au contraire de dérober aux regards certaines aventures ou détails. J’ai le choix des mots, de leurs impact, de leurs significations, de leurs histoires. Je rentre dans un monde, où je suis la seule à avoir mon mot à dire, où je suis la seule à avoir le choix.

J’aime m’enfermer dans ce monde, car ici tout est beau, le ciel est toujours bleu ou du moins le bleu du ciel revient toujours après la tempête. C’est à moi d’en décider, j’en suis l’auteur, le maître. Ce monde me permet de m’évader de la réalité, dans mes rêves les plus profonds. Rêver, c’est pour moi l’une des plus belles choses au monde. Mais je dois avouer, que parfois je ne fais que fuir la réalité et mes peurs.

On entend toujours dire que l’on change, que l’on évolue avec le temps et les années. Mais personnellement je n’en ai pas toujours l’impression. Notre perception, ma perception manque d’objectivité, comment se juger soi-même sans être trop dur ? Ou trop gentil ? Sans se voiler la face, ou s’auto-détruire.

Il y a des matins où les rayons du soleil traversent ma fenêtre, pour venir se poser sur mon bureau. J’aime tellement ces rayons là, ils m’inspirent, me donnent tellement d’espoir. Alors quand ils sont là ces fameux rayons, j’aime m’asseoir à mon bureau, allumer mon mac. Et écrire, j’aime écrire des histoires — des pages entières, des chapitres —, lire des livres, regarder les personnes qui passent sur le pont depuis ma fenêtre. Quand ces rayons sont là, les idées foisonnent dans ma tête, et m’offrent une joie, un bonheur simple et l’espoir d’être capable de tout ! — comme de sauter en parachute, dire à une personne que je l’aime sans aucune retenue, monter mon entreprise, voyager seule… — je reste ici un long moment, tout est si beau et si merveilleux. Comme si une bulle de bonheur, m’avait enveloppée de son étreinte.

Puis vient un moment ou les rayons disparaissent, c’est le retour à la réalité. Comme à chaque fois, il est difficile, les questions se mélangent. Je ne sais plus si les personnages de mon roman se sont imprégnés de moi, ou si c’est moi qui me perds en eux.

J’écris avec mon cœur, et une part de moi vie dans chacun des personnages que j’invente, un en particulier je l’avoue. Mais dans chacun se cache une part de mon imagination, ainsi que de mes rêves. Ils sont dans un univers où tout est possible. Ils sont ce que je voudrais être, ils vivent ce que je voudrais vivre. Ils sont moi et je suis eux. Ils m’inspirent et je les fabrique. C’est comme si j’avais neuf vies, et bien plus. Les possibilités sont infinies.

Le soleil continue d’avancer, chaque rayon est différent. Et je ne peux pas rester enfermé indéfiniment dans ce monde qui n’est que mien et où personne ne m’entends.

Mais chaque jour est différent, et aujourd’hui je me rends compte que j’ai changé. Et que je ne suis plus cette fille qui avait peur d’affronter la réalité, ses problèmes ou des personnes. Je vois maintenant que fuir ne sert à rien, et que l’on avance uniquement en prenant les choses en mains. En vivant sa propre vie. Mes rêves ne peuvent pas se réaliser sans moi.

Parfois je me mets à courir, courir si vite, que je finis par ne plus sentir le sol sous mes pieds. J’ai l’impression de voler, et de faire partie des nuages. Il y a cette atmosphère qui me fait sentir plus forte, que plus rien ne peut m’atteindre. Ce monde merveilleux où seul les rêves sont réalité. Toucher les étoiles du bout des doigts, et gagner quelques instants d’éternité.

J’ai mis du temps à poster un nouvel article, et je m’en excuse, mais j’avais envie de quelque chose d’authentique et de vrai. Et ce genre d’article ne s’écrit pas en cinq minutes, il demande de la réflexion, de la concentration, de l’inspiration. Mais surtout d’un minimum de confiance, pour pouvoir écrire sur un sujet plus que personnel.

JOURNAL

Mon article précédent – J’aime, ou je n’aime pas… #1

No Comments

Post a Comment